Les sites touristiques des Cévennes

Partir à la découverte d es Cévennes, c’est tout simplement s’ aventurer sur un territ oire dominé par la Garrigue et qui abrite de magnifiques sites naturels au milieu des chaînes de montagnes du sud de la France. Situé es à l’orée de la zone sud et est du Massif central, les Cévennes s’agrémentent en effet de nombreuses causes qui feront la joie des randonneurs et explorateurs en herbe.

Les Causses des Cévennes

 

Difficile , en effet , de parler des Cévennes sans évoquer les magnifiques Causses qui parsèment les quat re coins du territoire cévenol et qui ajoute nt au paysage un charme intemporel. Parmi les plus beaux Causses des Cévennes, les Causses des Blandas , situés au sud du Massif central , reflètent à merveille ce caractère unique du paysage méditerranéen. Avec ses plaines recouvertes de verdure et ses régions désertiques, le Causse du Blandas offre un paysage quasi pittoresque ponctué par le côté sombre et mystérieux des roches sédimentaires. Semblable aux pays du Far West américain, le causse se pare de quelques maquis et broussailles que les petites fleurs printanières tentent d’égay er de leurs couleurs chatoyantes. Ce dernier fait partie du Patrimoine mondial de l’ UNESCO, comme le Causse du Mejean, situé au milieu du Cau sse Noir et celui de Sauveterre .

En ce qui concerne le Causse de Sauveterre , localisé dans la Lozère, il aborde deux paysages complètement différents qui forcent l’admiration. En effet, si à l’est, le causse dévoile un un ivers pittoresque et désert, les hauteurs du causse dévoile nt un paysage verdoyant. Considéré comme le deuxième plus grand causse de France, ce dernier atteint les 1 000 mètres d’altitude et s’agrémente de petites plaines colonisées par de verts pâturages. Mais les balades au cœur des Causses ne se résument pas uniquement à la découverte de la nature capricieuse du sud de la France . Vous pourrez également en profiter pour aller à la rencontre avec les petits animaux peuplant les Causses tels que les lapins, les blaireaux, les faucons, les vautours, les cerfs et les chevreuils .

Un autre causse tout aussi impressionnant se dresse sur le plateau du Larzac. Il s’agit bien entendu du causse du Larzac s’étirant sur plus de 1 000 km 2 . Célèbre pour ses paysages lunaires, ses menhirs et ses dolmens, le Causse du Larzac abrite également quelques vestiges historiques des Cévennes. Les randonneurs pourront en effet admirer, au cours de leur long trek, le camp militaire de rétention, construit durant la Guerre d’Algérie, ou encore la Commanderie des templiers , édifiée à Saint-Eulalie-de-Cernon au cours du Moyen Âge .

Semblable au Causse du Larzac, le Causse de Mejean se pare également de dolmens et de menhirs, répartis sur les quelque 34 000 hectares . Faisant également partie du Patrimoine de l’UNESCO depuis 2011, le Causse de Mejean apparaît tel un immense espace dépourvu de végétation plongeant dans un profond silence souvent perturbé par le chant des alouettes et le bêlement des moutons . À proximité des vallées de la Jonte et celle du Tarn, le causse accueille néanmoins quelques petits bourgs où il est plaisant d’y flâner afin de découvrir quelques édifices historiques, vestiges l’ époque romaine, comme le village de Hures-la-Parade .

Lacouvertoirade

Il serait regrettable d’évoquer du passé historique des Cévennes sans parler du célèbre petit village médiéval qui occupe le cœur du Causse du Larzac. Ce petit bourg, situé au sud de l’Aveyron, porte le nom de Lacouvertoirade , unique témoin du passage des Templiers. Compris parmi la liste des « Plus Beaux Villages de France », ce dernier accueille en effet quelques monuments érigés par les chevaliers des templiers , durant le 12 e siècle. Rapidement occupé par les éleveurs et agriculteurs, Lacouvertoirade abrite la commanderie de La Couvertoirade , construite par les templiers en 1249 et qui se retrouve rapidement entre les mains des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem . Les deux tours de la fortification restent les seuls témoins du passé agité du bourg et veillent désormais sur les petites maisons voûtées datant du 12 e siècle .

La D ourbie

Malgré le caractère pittoresque des villages et l’univers presque hostile et aride des Causses , les Cévennes abritent une zone boisée apparaissant telle une oasis au cœur d’un univers désertique. Cette parcelle de terre recouverte de forêts de chênes et de pins sylvestres se situe précisément sur les rives de la rivière Dourbie . Faisant partie intégrante du parc National des Cévennes, cette rivière se jette dans le Tarn et s’étire sur quelque 79 km de long. Délimitant la frontière entre le Causse du Larzac et le Causse Noir, la Dourbie offre de magnifiques zones ombragées qui raviront les explorateurs à la recherche de petits animaux sauvages. Également bordée de forêts de hêtres et de saules, la Dourbie accueille effectivement de petit s mammifères tels que le castor et de petits passereaux comme le merle bleu. Quant aux friands de canyoning, ils se plairont à dévaler la rivière qui plonge dans les forêts avant de tomber en cascade non loin du village de Saint-Jean-de-Bruel. En se dirigeant, cette fois-ci du côté du bourg de Nant, les amateurs de pêche apprécieront la pêche à la truite et au chevesne au ventre argenté entre juillet et septembre .

Le mont Aigoual et l’Abîme de Bramabiau

Les passionnés de spéléologie et les amateurs d’escalade trouveront également leur bonheur dans les Cévennes. Pour les spéléologues en herbe, l ’exploration de l’Abîme de Bramabiau, situé dans la commune de Saint-Sauveur-Camprieu , sera riche en découvertes . Découvert pour la première fois, au 19 e siècle, par l’explorateur Édouard-Alfred Martel, l’abîme abrite quelques magnifiques galeries souterraines et une incroyable chute d’eau attei gnant les 10 mètres de haut. Traversée par la rivière Bonheur, l a plus grande galerie atteint les 70 mètres de hauteur .

Quant aux adeptes de l’escalade, l’ ascension du mont Aigoual s’impose ! Avec ses 1 565 mètres d’altitude, le mont Aigoual a énormément à offrir aux randonneurs et grimpeurs avec ses trois fameux pics qui ne sont autre que l e pic de la Fageolle , le signal de l’Aigoual et le signal de l’Hort de Dieu (dans le Gard ). Quant à la vue depuis son sommet, elle reste tout simplement surprenante. Les visiteurs pourront en effet s’extasier devant ce panorama d’exception donnant sur le mont Blanc, le golfe du Lion et, bien entendu, la mer Méditerranée  !