Les Cévennes dans la préhistoire

Lorsque l’on évoque la préhistoire dans les Cévennes, on pense directement à l’apparition de l’homme sur terre. Le sol cévenol deviendra en effet l’une des nombreuses terres d’ accueils des toutes pr emières civilisations humaines qui ont évolué au fil des siècles .

De la préhistoire jusqu’au néolithique

Le vestige d’un cadavre humain, plus précisément une boîte crânienne appartenant à un homme, fut découvert non loin Puy-en- Velay . Ce crân e remonterai t à l’ è re glaciaire, plus précisément lorsque le premier homme fit son apparition .

Non loin du massif de l’Aigoual et de Meyrueis, des indices certifieront l’existence d’une civilisation durant le Paléolithique, c’est-à-dire 400 000 ans avant notre ère. Ces indices , localis es dans les gorges de Chassezac ou encore sur le Larzac, ne sont autres que quelques outils construits dans la pierre marquant ainsi l’âge de pierre. Vient ensuite le paléolithique supérieur qui marque l’ère des glaciations. D’importants changements constatés sur la faune et la flore ainsi que sur la mer ont obligé les hommes à changer leur mode de vie. Contraint s de fuir les hauteurs du mont Aigoual et du mont Lozère, invivables à cause des fragments des glaciers, les populations érigèrent leur s nouvelles demeures dans les vallées des Cévennes qui bénéficiaient d’un climat moins glacial .

Quant au mésolithique, dite pér iode de transition, il sera marqué par l’arrivée et le développement de la chasse chez l’homme de Cro-Magnon . Le s sanglier s , le s lièvre s et le s cerf s peuplant les forêts de feuillus deviennent les proies des chasseurs qui perfectionnère nt p eu à peu leurs outils de chasse, conçus en os et en silex. L’homo sapiens sapiens voit alors le jour sur le sol cévenol et étend son territoire . La fonte des glaces et l’apparition de plusieurs abris naturels, tels que les grottes et falaises des Causses, offrent en effet de nouveaux habitats à l’homme du mésolithique .

Durant le néolithique, les civilisations commencent à s’intéresser à l’ élevage et à la culture notamment grâce à l’arrivée de nouvelles tribus. Ainsi, pendan t que certains peuples se lancent dans un nouveau mode de vie, d’autres préfèrent exploite r les galeries souterraines afin de s’ approvisionner en eau et d’utiliser l’argile pour ré aliser de nouvelles poteries . Ce sera également pendant le néolithique, considéré comme l’âge de la pierre polie, que les tribus apportent quelques changements dans leur s pratique s funéraires . Vers 2 500 avant Jésus-Christ, les peuples adoptent le caveau collectif et érigent des tombes gigantesques . D es sépultures qui seront déposées sous les dolmens ou dans des grottes. En profitant d’une petite descente en canyoning du côté des Causses, comme celui du Méjean, d’une randonnée jusqu’au mont Lozère ou d’ un trek au cœur du parc National des Cévennes, les explorateurs et historiens en herbes pourront tomber sur ce qui reste de quelques-unes de ces tombes , pillée s par les civilisations futures. Néanmoins, quelques menhirs et dolmens subsistent encore de nos jours, témoins de l’époque mégalithique qui dura 1 000 ans . Cette nouvelle pratique annonce également la fin du nomadi sme, notamment dans la Lozère, l’Ardèche, l’Aveyron et le Gard .

L’arrivée de l’âge de Bronze et l’âge de feu

L’acquisition de nouvelles connaissances et l’arrivée du progrès marquèrent le début de l’âge de Bronze et l’âge de feu. Étant devenues sédentaires, les populations occupant le territoire cévenol, notamment les Causses, se lance nt dans l’ exploitation du fer et étendent leur culture, notamment celle d e la céréale . Ces derniers installèrent leur habitat autour du plateau, dans les grottes et à proximité des falaises. L’ère proto-historique commence alors et apparaî t, avec elle, l’écriture . Cependant, seuls les habitats localisés en milieu ouvert profitèrent de cette époque de développement, comme en Ispagnac et à Florac. D’ailleurs, la multitude de menhirs et de dolmens peuplant le plateau cévenol en témoigne. L’âge de Bronze annonce également l’apparition de nouveaux objets tels que les vaisselles, les armes, les objets vestimentaires… , l’ap parition de gros bourgs au pied des falaises abruptes et la pratique de l’incinération .

Quant à l’ âge du feu, elle sera définitivement marquée par l ’envahissement des Grands Causses par les Celtes des Tumulus. Dès lors, les hommes quittèrent leurs abris tous-terrains pour s’installer dans des zones plus accessibles. Les rebords des plateaux se parent de quelques renforcements rustiques et de remparts plus élaborés à partir du 6 e siècle avant Jésus-Christ. Petit à petit, les habitants travaillent davantage le fer, apprennent une nouvelle forme d’art à travers leurs poteries et adoptent de s sépultures individuelles. Apparaît et se répand ensuite la monnaie qui deviendra la toute première pièce d’échange dans les villages .

Les Cévennes entrent dans l’histoire

L’usage de la monnaie se répand en effet rapidement, notamment après l’invasion gallo-romaine clôturant la protohistoire , qui marque également l’évolution de l’écriture . On entre alors dans l’histoire des Cévennes qui sera précisément marquée par la construction d’édifices impressionnant s , comme les villas romaines, l’amélioration de n ouvelles voies de communication, tels que les drailles. Ces routes ont d’ailleurs favoris é l es échanges entre les régions du sud, notamment celles du Languedoc et de l’Auvergne. L’ouverture de nouvelles voies de communication maritimes a , parallèlement, avantagé l’arrivée de nouvelles cultures venant de l’Orient et, avec elles, la venue du christianisme .