Le mont Aigoual et son panorama exceptionnel

À mi-chemin entre les Causses et le Parc national des Cévennes, le mont Aigoual a énormément à offrir aux aventuriers impatients de découvrir l’un des plus beaux paysages du territoire cévenol. Avec ses 1 5 6 5 mètres d’altitude , cette montagne offre en effet un décor d’exception façonné par plusieurs milliers d’années d’érosion. Pentes douces, canyons, paysages escarpés…, des reliefs au contraste impressionnant attendent les férus d’aventure !

Le mont Aigoual : une montagne vivante

Le mont Aigoual, à cheval entre les communes de la Lozère et du Gard, n’apparaît pas uniquement comme une montagne parsemée de vallons, de canyons et de pentes raides. Le mont Aigoual, localisé au sud du Massif central, c’ est égaleme nt un massif vivant modelé par des décennies d’activités humaines. Parcours de long en large depuis l’époque romaine, le massif s’agrémente de sentiers et de drailles traversés, jusqu’à nos jours, par les bergers et leurs troupeaux. Malgré son caractère un tant soit peu hostile, le mont Aigoual semble vraisemblablement chargé d’histoire. C’est précisément du côté des versants méditerranéens que les randonneurs pourront plonger au cœur de l’histoire du mont Aigoual, mais également des Cévennes, à travers les petits bourgs et hame a ux qui maintiennent les traditions intactes. Vous trouverez, au milieu de ces petits villages, quelques anciennes demeures qui ont servi à promouvoir la sériciculture, ou l’élevage du ver à soie, une activité jadis très répandue dans les Cévennes .

Suivez les drailles empruntées par les troupeaux transhumants et découvrez également le village de Camprieu, célèbre pour son site naturel connu sous le nom d’Abîme de Bramabiau. Cerné d’une vaste forêt de conifères et baignant dans un climat montagnard à plus de 1 000 mètres d’ altitude, le hameau vous transpor tera vers une époque loi ntaine avec sa vieille église, son cimetière et sa fontaine plongeant dans une étrange sérénité. Également appelé Saint-Sauveur Camprieu, le bourg se révèle également être un excellent point de départ pour découvrir toute la beauté du paysage du mont Aigoual et le s quelques trésors qu’il abrite.

À la découverte du paysage du mont Aigoual

Quittez le plateau de Camprieu et sa for êt de hêtres et de conifères et dirigez-vous vers le premier site remarquable du mont Aigoual  : la vallée du Bonheur et celle de Trévezel. Prenant chacune leur source sur le versant océanique du massif, ces deux rivières, qui ont chacune façonné leur propre vallée, se rencontr ent en aval du hameau Villemagne, dix kilomètres plus loin. En longeant le lit des rivières, vous vous retrouverez face à un paysage ouvert recouvert d’un long manteau de verdure camouflant entièrement le sol granitique du massif. Vous pourrez même apercevoir et photographier quelques empreintes de dinosaures sur le plateau traversé par le Bonheur.

En parcouran t les drailles, anciennes voies romaines, vous atteindrez sans difficulté les sommets du mont Aigoual. Tout au long de la montée, les voyageurs pourront goûter aux saveurs locales et écouter les légendes contées par les anciens dans les quelques villages protégeant jalousement le massif, comme Trèves ou encore le bourg de Dourbie qui offre une vue imprenable sur le paysage impressionnant du mont Aigoual. C’est en effet son paysage, un vaste espace ouvert et verdoyant, qui fait la renommée de ce massif. Essentiellement composé de schiste et de gra ni te, le mont Aigoual est tantôt recouvert d’une vaste forêt, tantôt dominé par le granite, notamment du côté du plateau de Lingas. Situé au sud de la vallée du Bonheur, le plateau du Lingas apparaît en effet tel un vaste plateau granitique bosselé complètement désert et reboisé depuis peu. Entre le plateau du Lingas et la vallée du Bonheur se trouve la vallée de la Dourbie qui dévoile ses magnifiques gorges granitiques et ses pente s colonisées par la lande et les verts pâturages .

Omniprésentes sur tout le massif, les forêts de hêtres ajoutent une touche d’authenticité et de mystère au paysage. C’est d’ailleurs au cœur de ce paysage forestier que les randonneurs pourront photographier quelques espèces d’oiseaux, comme le pigeo n ramier ou la bus e occupant les forêts de conifères . Les lièvres, cerfs, sangliers et renards préfèrent, quant à eux, la hêtraie. Avis aux jeunes chasseurs souhaitant part iciper à la chasse au sanglier ! Quant à ceux qui désire nt découvrir la quasi-totalité du paysage du mont Aigoual, l’ascension de l’un des trois sommets du massif s’impose .

Un panorama unique

Source d’inspiration de nombreux écrivains, l e mont Aigoual comprend en effet trois sommets dont le plus impressionnant demeure le pic de la Fageolle, culminant à plus de 1 500 mètres d’altitude sur le versant sud-est. C’est précisément là que le panorama est à couper le souffle. Par temps clair, vous pourrez en effet admirer les Cévennes et près d’un quart du sud de la France. Le Golfe du Lion de Marseille et la mer Méditerranée sont visibles au sud tandis qu’à l’est, c’est une portion du massif alpin qui s’ouvre sous vos yeux. Au nord se dessinent le mont Blanc, le mont Viso ou encore le massif du Parpaillon .

La vue est tout aussi impressionnante du côté du signal de l’Hort de Dieu, point culminant du Gard et premier sommet du mont Aigoual avec ses 1 565 mètres d’altitude . Vous pourrez également en profiter pour visiter l’ observatoire météorologique , inauguré en août 1943 . Mais avant d’atteindre l’observatoire, les randonneurs intrépides sont invités à gravir les célèbres 4 000 marches partant du village de Valleraugue. Une activité particulièrement sportive, certes, mai s qui en vaut vraiment la peine une fois que vous aurez attein t l’observatoire  !

Fort heureusement, la randonnée n’est pas l’unique acti vité pour découvrir cet immense espace ouvert. Si en été, les randonneurs se plairont à parcourir les zones boisées et les gorges escarpées du Bonheur , en hiver, ce sont les skieurs qui se délecteront de la vue captivante du mont Aigoual depuis la station de ski de Prat Peyrot. Ouverte entre décembre et avril, la station bénéficie de neuf kilomètres de pistes skiables dont quelques-unes traversent la forêt de conifères. Vous pourrez ainsi glisser sur les pentes enneigée s du mont Aigoual avec, au loin , les sommets dénudés des Cévennes .