Le Gévaudan

Difficile de se remémorer l’histoire des Cévennes sans avoir une pensée particulière pour le Gévaudan. Situé à l’extrémité de l’ Auvergne et du Lang u e doc, le Gévaudan a effectivement joué un rôle important dans l’histoire de la région cévenole, mais également dans l’histoire de France.

Le Gévaudan , à ses débuts

Sur le plan historique, le Gévaud an était occupé par les Gabales au 3 e siècle. Le nom Gévaudan désigne d’ ailleurs le nom d’un peuple gaulois appelé les Gabales. Ces derniers, attaqués par les Alama s furent contraints de se réfugier dans la forteresse de Grèzes . Le chef des barbares, Chrocus, inquiet de ne pas réussir à soumettre ses ennemis, demande à l’ évêque des Gabales, Privat, de lui donner son peuple. Après un refus catégorique, l’évêque s era martyrisé non loin des grottes du mont Mimat. Déçu s , les A lamas quittèrent le territoire et promirent de ne plus revenir. Privat, quant à lui, mourut de ses blessures. Les habitants commen cèrent à prier sur sa tombe autour de laquelle se créa la ville de Mende. La ville devient alors l e quartier général de l’évêché du Gévaudan .

Mais l’histoire du Gévaudan ne s’arrête pas là. Avec l’arrivée du Moyen Âge, quelques complications s’annoncent. Doté d’une situation géographique favorable pour le commerce, le Gévaudan devient en effet rapidement l’objet de convoitise de plusieurs comtes. Avec l’apparition de nouveaux comtés , le Gévaudan devient le comté du Gévaudan autour des années 960. Réduit à néant aux alentours de l’an 1030, le comté sera divisé en plusieurs vicomtés. Il faudra attendre la fin du 1 1 e siècle pour voir arrivée l’arrivée du vicomte de Millau Gilbert qui, après avoir rassemblé de nombreux comtés, s’approprie le titre de comte de Gévaudan .

Qui aura le Gévaudan  ?

Après la domination norvégienne, le Gévaudan passe entre les mains du duc d’Aquitaine en 688. Cependant, après l’attaque des Sarrasins, la région devient la possession de Pépin le Bref, en l’an 767 , puis de son fils Charles, également connu sous le nom de Charlemagne .

Sous le règne de Charlemagne , le pays sera divisé en pagus, ou comté , divisé en vigueries . Le Gévaudan se verra attribuer huit vigueries incluant Grèzes, la Vallée du Tarn et Dèze. Il nomma d’ailleurs un comte pour chaque pagus. Les descendants de s es mêmes comtes, après la mort de Charlemagne, continuèrent de gérer les pagus et commencèrent à envisager d’ étendre leur territoire . Ce sera le vicomte de Millau Gilbert qui réussit à réunir de nombreux comtés, devenant ainsi le comte de Gévaudan .

Cependant , après être passé sous l ’autorité des comtes de Provence, le Gévaudan passe au x mains des comtes de Barcelone suite au mariage conclu entre Raymond-Bérenger III et Douce de Provence. C’est ainsi que le Gévaudan sera divisé en vicomtés. Néanmoins, entre-temps, l’évêque de Mende réussit à obtenir des droits sur la ville de Mende. Aldebert III du Tournel a , en effet , fait réaliser des rempart s autour de la ville et rend visite au roi de France Louis VII. Félicité par le roi, ce dernier obtient le pouvoir temporel sur Mende .

Le pouvoir de l’ Église sur le Gévaudan

L’autorité de l’évêque Aldebert III du Tournel commença à s’étendre au-delà des frontières de la ville de Mende. C’est ainsi que les évêques qui prendront la succession de ce dernier tenteront d’étendre leur territoire, faisant ainsi de l’ombre aux rois de France . La venue de l’ évêq ue Guillaume Durand II , dans le courant du XIII e , s era le début d’une longue bataille juridique entre le roi de France et l’évêque afin d’obtenir le Gévaudan. Notons que la majorité des t erre s confisqué e s à Pierre Bermond d’Anduze se trouvaient sur le Gévaudan .

Aprè s ce long conflit juridique , l’ évêque, également connu sous le nom de Spéculator , réussit à obtenir les plein s pouvoirs sur le Gévaudan . Louis VII accorde en effet l’ensemble du Gévaudan à l’évêque en 1161 par la Bulle d’Or royale. L’évêque de Mende accepte néanmoins , au début du 14e siècle, de diviser l e Gévaudan en trois territoires afin d’accorder une autorité royale sur la région. Le paréage sera conclu entre le roi Philippe IV et l’ évêque. D es terres seront accordées au roi , d’autres à l’évêque et une partie sera partagée . C’est ainsi que l’évêque de Mende devient comte du Gévaudan. Un titre qu’il portera jusqu’à l’arrivée de la Révolution française .

La fin du Moyen Âge

Jusqu’ à sa mort, l’évêque de Mende, connu sous le nom de pape Urbain V depuis 1362 , apporta de nombreux changements au Gévaudan. Outre l’édification de quelques bâtiments religieux, celui-ci tenta en effet d e ramener la paix et la justice, notamment au sein de l’ Église . La fin du Moyen Âge, annoncé par la guerre anglo-saxonne, marque également le début des conflits sur le Gévaudan. Les premières guerres religieuses éclatèrent en effet sur le Gévaudan, opposant les catholiques aux protestants, alors minoritaires .

Arrive ensuite la Révolution française de 1789 qui aura un impact important sur le Gévaudan. Le prestige royal étant rabaissé lors de la révolution, la France sera en effet partagée en plusieurs département s en 1790 . Nous sommes aux portes de l’époque moderne. Équivalant au diocèse de Mende, le Gévaudan était encore dans la province du Languedoc. Après 1790, il devient un territoire appartenant au département de la Lozère .

Le Gévaudan : un musée à ciel ouvert

Les passionnés de l’histoire pourront , en s’aventurant sur le Gévaudan, retracer le passé historique mémorable de cette région du sud de la France . Avec l’arrivée de l’ époque contemporaine, le Gévaudan, ainsi que tout le territoire cévenol, a en effet conservé les vestiges de son histoire. C’est ainsi qu’en flânant dans le Gévaudan médiéval, les historiens en herbe découvriront les châteaux érigés durant l’époque médiévale comme le château de la Baume datant du 17 e siècle .

Mais il n’y a pas que sur le Gévaudan que les découvertes historiques abondent. En profitant d’une descente en canyoning du côté du Causse de Méjean, les passionnés d’histoire pourront observer un calvaire datant de l’époque carolingienne. Bref, c haque pas sur le territoire cévenol vous ouvrira une page importante de l’ histoire des Cévennes, comme les drailles , conçues par les R omains , qui aboutissent à la terre des Gabales, le Gévaudan .