La faune et la flore dans les canyons des cévennes

Patrimoine naturel d’exception, la faune et la flore des Cévennes s’étend sur un vaste territoire protégé par l’ UNESCO depuis 1985 . Ce territoire, faisant intégralement partie du parc n ature l des Cévennes , comprend effectivement une biodiversité animale et végétale particulièrement variée , dont la plupart sont endémiques . Afin de mieux observer ces espèces protégées, la meilleure solution reste de se diriger vers les gorges des Cévennes, lieu de vie de nombreux animaux, dont les oiseaux . < /p>

La faune des canyons des Cévennes

Situé dans une zone qualifiée de « hot-sport » de biodiversité, le parc national des Cévennes reste sans nul doute l’endroit le mieux approprié pour observer les animaux protégés de la région du Languedoc-Roussillon. Avec un climat méditerranéen et un paysage dominé par la garrigue , les Cévennes accueillent une grande variété d’animaux terrestres et d’oiseaux. On dénombre en effet plus de 200 familles d’oiseaux que l’on peut aisément admirer du côté des gorges. En descendant les gorges du Thaurac en canyoning , vous pourrez , par exemple, apercevoir sur les falaises le circaète Jean-le-blanc, un magnifique rapace vêtu de blanc, mais aussi quelques grands-ducs nichant sur les parois abruptes des canyons. D’autres oiseaux, tels que les passereaux et les grands rapaces (vautours fauves, moines…) peuplant les parois rocheuses des gorgent profitent aussi du soleil méditerranéen et de la nourriture abondante . Ces volatiles, avides de petits insectes et de reptiles (lézard, couleuvres, etc.) ont peu à peu colonisé les canyons des Cévennes, comme le grand vautour qui règne en maître dans les gorges de la Jonte .< /p>

Mais il n’y a pas que les oiseaux prospèrent dans les gorges. Q uelques mammifères se délectent également de l’abondance de nourriture non loin des cours d’eau et s’y reprod uisent en toute liberté , comme la loutre ou encore le castor d’ Europe, réintroduit dans le Tarn dans le courant des années 70. Les chauves-souris, quant à elles, préfèrent la sécurité des grottes et d es galeries tandis que les chevreuils, cerfs élaphe et sangliers, mammifères endémiques du parc national, apprécient davantage les régions boisées en hauteur. En optant pour une petite randonnée au-dessus des gorges, les aventuriers ne manqueront certainement pas de croiser quelques chevreuils galopant au milieu de la lande . Ce sera également une occasion unique pour observer la flore particulièrement variée des Cévennes .< /p>

La flore des Cévennes

Bien que les Cévennes se pare nt principalement d’un paysage aride dominé par la garrigue, cette région montagneuse se caractérise néanmoins par son importante richesse floristique. Parmi les 400 espèces protégées en France, une trentaine peuple en effet le territoire du parc naturel. En tout, on recense environ 2 300 espèces végétales dans le parc , soit 40  % de la flore en France . L’ancolie des causes, colonisant les pieds des rochers et les gorges du Tarn et de la Jonte, reste certainement la plante emblématique des Cévenn e s, avec s es pétales bleus qui viennent embellir les parois calcaires des canyons. Entre les rochers, ce sont les cistes à feuille s de peuplier qui peignent le paysage calcaire des falaises de leurs fleurs blanches. Du côté des gorges du causse de Méj e an, les explorateurs pourront immortaliser l’orpin de Nice dévoilant ses petit s pétales jaunes dans les fissures des rochers tand is que la lathrée écailleuse , plus discrète, préfère s’épanouir à l’ombre des noisetiers et des peupliers le long des cours d’eau .< /p>

Bref, tout au long de la randonnée et des descentes dans les canyons des Cévennes, les aventuriers et naturalistes se délecteront de ce paysage méditer ranéen peint de mille couleurs qui abrite une incroyable richesse floristique, ma is également faunistique .< /p>