Découverte des Cévennes en train avec le Cévenol

p Bien que la randonnée reste l’activité conseillée aux voyageurs pour découvrir les Cévennes, il existe une autre alternative afin d’explorer les sites incontournables de la région. Vous avez certainement déjà entendu parler de train des Cévennes ? Il s’agit en effet d’ un petit train à vapeur qui parcourt plus de 13 kilomètres sur le territoire cévenol pour le plus grand bonheur des petits et grands . < p>

Les débuts du train à vapeur cévenol

Avant de devenir ce train my thique sifflant sur les plaines, enjambant les vallées et s’enfonçant dans les longs tunnels sillonnant le territoire cév e nol, le train à vapeur servait principalement à transporter du bois et diverses marchandises. Au départ, dans les années 1879, la ligne du Gard projetait de créer une compagnie de chemins de fer reliant Paris, Lyon et la Méditerranée. Les travaux pour réaliser ce projet ne démarreront que 26 ans plus tard . Malgré le relief particulièrement accidenté des Cévennes, les 14  km de voies ferrées seront finalement achevés et l’inauguration se fera en mai 1909. La ligne de chemin de fer dispose désormais de trois gares dans la ville d’Anduze, Saint-Jean-du-Gard et la ville d’Anduze. Le train passe ainsi par la station de Généra r gues et 5 maisons de garde-barrière ainsi que deux arrêts ( Massiès et Corbès ) . Ce sera un grand pas, notamment pour l’économie des Cévennes. Le train favorise en effet l’exportation de la marchandise, surtout la soierie , et le transport des voyageurs ( paysans, miniers, colporteurs…) .< p>

La guerre de 1939 signera cependant l’ arrêt du trafic, en 1940, qui tentera pourtant de reprendre à partir des années 50. Une tentative qui sera vaine, car, en juillet 1971, la SNCF interrompt définitivement l’exploitation de la ligne de chemin de fer. Il faudra attendre la Compagnie internationale des trains express à vapeur ( Citev ) pour que le train à vapeur soit remis sur les rails. Cette compagnie à but non lucratif , fondée à Strasbourg en 79 , pro j ette de donner une seconde vie aux anciens trains à vapeur . C’est ainsi que le Cévenol , et ses vieux wagons postaux d’un rouge fla m boyant, se transforme en train touristique en juin 1982 et arpente à nouveau les plaines et vallées au cœur d’ un paysage époustouflant abritant quelques endroits remarquables .< p>

En route ver s l’aventure

Avant de parcourir les 13 kilomètres traversant le territoire cévenol, une petite balade dans la ville d’Anduze s’impose. Magnifique petite ville bâtie autour du Gardon, Anduze vous donnera un aperçu du caractère historique des petits bourgs peuplant les plaines désertes et les p lateaux granitiques des Cévennes. Longtemps appréciée aussi bien par les Romains que par les Grecs , cette cité antique n’a vr aiment rien perdu de son charme, avec ses édifices, ses maisons anciennes et ses rues animées par les petits commerces et l es célèbres ateliers de poterie . Mais Anduze, c’est également le point de départ pour traverser le territoire cévenol à bord du majestueux petit train rouge .< p>

Après avoir traversé le tunnel de 833 mètres de long et parcouru les collines rocheuses , le train à vapeur vous condui t vers une destination qui enchantera certainement les botanistes en herbe. Il s’agit de la Bambouseraie de Prafrance , située à environ deux kilomètres d’Anduze. S’étirant sur une quinzaine d’ hectares , la bambouseraie est à visiter sans aucune hésitation. Accueillant près de 200 espèces de bambous et différentes variétés de plantes exotiques, ce parc a été aménagé en 1856 sous la supervision d’Eugène Mazel . Se dévoilant comme une oasis au cœur du désert, la Bambouseraie vous transportera jusqu’en Extrême-Orient avec son jardin japonais et son jardin floral regroupant les plantes exotiques venant de Chine, de l’Himalaya, de l’Amérique du Nord et du Japon .< p>

Après avoir quitté la Bambouseraie et dépassé la gare fermée de Générargues , les voyageurs s’enfoncent au cœur d’un paysage authentique et sauvage formant le Gardon d’ Anduze. C’est tout simplement un panorama exceptionnel qui défile sous vos yeux couronné par le viaduc du Mescladou et ses 11 arches enjambant le Gardon de Saint-Jean-du-Gard et la rivière de Mialet . Les viaducs ne manquent pas sur le trajet. Après avoir traversé le tunnel de Prafrance , les ponts et les viaducs se succèdent en effet avant d’atteindre la gare de Saint-Jean-du-Gard . Parmi les plus intéressants , on peut citer le viaduc de Corbès , le viaduc de Salindrinque enjambant la rivière de la Salindrinque et ses 6 arches, ou encore le viaduc de Doucettes. Le long tunnel de Salindrinque marque le changement du paysage. La lande et les hautes herbes cèdent en eff et leur place aux verts pâturages, domaine incontesté des chèvres permettant de produire un déli cieux petit fromage cévenol : le Pélardon .< p>

Le meilleur pour la fin

Une fois au cœur d es pâturages escarpés et des collines verdoyante s , votre aventure touche à sa fin. Le train à vapeur approche en effet de la ville de Saint-Jean-du-Gard, dans le Gard. Terminus, tous les voyageurs descendent ! Ce sera l’occasion de goûter au bon fromage du terroir et, pourqu oi pas, flâner dans les rues du village en quête de nouvelles découvertes. Considéré e comme la « Perle des Cévennes », Saint-Jean-du-Gard clôture ra en beauté votre longue balade en train dans les Cévennes avec ses édifices historiques, ses moulins et son majestueux château. Lieu de vie des seigneurs de Saint Jean, le château, reconstruit au 16 e siècle et rénové au 17 e , abrite entre ses murs les vestiges et documents liés aux guerres de religion qui ont pr ofondément marqué les Cévennes .< p>

L’histoire, mais aussi la vie quotidienne dans les Cévennes sont également à découvrir dans le musée des vallées Cévenoles. Vous en saurez ainsi un peu plus sur les activités des Cévenols qui étaient, durant les siècles passés, liés à la soie et au châtaignier. Le cœur et l’âme des Cévennes s’ouvrent à vous ! Les enfant s , quant à eux, se plairont sans doute à courir, tout ébahis , dans le magnifique aquarium de Saint-Jean-du-Gard construit en 1990 . Une soixantaine d’ aquariums , accueillant les poissons d’eau douce, de mer s et des océans, les attend ent  ! Piranhas, poissons-clowns, murènes, requins, tortues alligators…, on recense plus de 2 500 poissons regroup és dans ce vaste aquarium de 2 500 mètres carrés .< p>